Baie du Mont Saint Michel

accueil / contact

Un îlot proche du Mont Saint Michel

TombelaineTombelaine est un îlot granitique situé dans la baie du Mont Saint-Michel, sur la rive droite du chenal de la Sée, à quelques kilomètres au nord du mont Saint-Michel. L'important marnage de la baie permet à cet îlot d'être atteint à pied sec par basse mer.

Certains prétendent que le nom de ce rocher viendrait d'une légende celte, qui dit qu'une princesse nommée Hélène, fille du roi Hoël, fut enlevée par un géant, et fut inhumée sur ce rocher (tombe Hélène). D'autres affirment que ce nomt signifierait "le petit mont Tombe", par opposition au Mont Tombe devenu Mont Saint Michel.

En réalité, il semble bien que le nom vienne de "tumulus belenis", le tumulus de Belenos, dieu gaulois de la guerre, de la lumière et guide des morts ; triple fonction reprise par l'Archange saint Michel dans les croyances chrétiennes.

On sait d'ailleurs qu'un dolmen se trouvait autrefois sur le site du Mont Saint Michel, dont on peut imaginer que les druides avaient fait un portail vers le monde des morts...

Tombelaine en 1846, décrit par monsieur Le Héricher, un archéologue :

" Une base de rescifs, jaunes et noirs, rongés par la vague marine, une ceinture d'un ton glauque, tachetée de blanc, entrelacis serré de troènes, et enfin une couronne d'or, formée de jacobées, de macerons, d'orpins et de millepertuis. — Le sommet est bosselé de sept monticules, dont le principal est appelé la Folie. Deux roches écroulées ont formé une voûte qu'on appèle la Caverne. Une cavité du roc, dite le Bénitier, offre une cuvette qui reçoit et conserve l'eau de pluie. Un bloc carré, détaché, calé à sa base, et projeté comme un canot prêt à recevoir le flot, semble avoir été posé là par une main humaine, et fait penser à un dolmen et à une religion pour laquelle Tombelaine semble admirablement prédestiné. Une crique triangulaire, pavée de galets, l'Anse-à-Casse-Cou, s'enfonce dans le flanc de la montagne, comme le port de cette île."

L'histoire de Tombelaine

TombelaineAu XIe siècle, deux moines, Anastase et Robert, quittèrent le Mont Saint-Michel pour se retirer en ermites sur Tombelaine.

En 1137, Bernard le Vénérable y fonda un prieuré, et l'îlot devint un lieu de pèlerinage. L'église fut dédiée à Notre-Dame de la Gisante ou Notre Dame de Tombelaine.

A partir du 11 février 1423, Tombelaine fut occupé par les Anglais, qui souhaitaient faire tomber la place forte du mont Saint-Michel. Ils y construisirent un fort avec donjon. Durant les guerres de religions, le comte de Montgomery qui dirigeait les armées huguenotes, fit du rocher son repaire. Il y aurait battu de la fausse monnaie, et abrité sa maîtresse.

En 1666, le marquis de la Chastrière demanda la destruction du fort à la Cour, alors que l'île était devenue propriété de Nicolas Fouquet. Il pensait que la place forte de Tombelaine pouvait être réutilisée par les Anglais en cas de nouveau siège du mont Saint-Michel.

Alors que la société nommée Groupement national de la Baie du Mont Saint Michel désirait en faire un lieu de résidence pour touristes, Tombelaine est acheté par l'Etat en 1933, puis classé en 1936 et 1987. L'îlot est actuellement une réserve ornithologique.

Actuellement le suivi de la Baie dans son ensemble et la volonté de maintenir l'insularité du Mont Saint-Michel devrait aussi préserver Tombelaine.