Baie du Mont Saint Michel

accueil / contact

Rétablir le caractère maritime du Mont Saint Michel

Le 16 juin 2006 démarrait un des chantiers les plus attendus des admirateurs du Mont Saint Michel : le chantier de désensablement, ou plus exactement le "rétablissement du caractère maritime du Mont Saint Michel".

Ce projet si complexe, mis en oeuvre au centre d'un écosystème fragile, se présente comme une opération envergure, d'une absolue nécessité, mais au coût très pesant.

Projet de passerelle au Mont Saint Michel

Il avait fallu des années et des années, de projets avortés en décisions non prises, pour que des mesures efficaces et durables soient enfin mises en oeuvre. On avait même vu en 1983 le président François Mitterrand venir, non pas poser la première pierre, mais ôter la première pierre de la digue de la Roche Torin.
En 1995, enfin, les études semblaient fiables, et allaient déterminer les travaux à venir, tant pour rétablir un mouvement cohérent des flots dans la baie, que pour canaliser le nombre sans cesse grandissant des touristes. La Commission du Mont Saint Michel était créée et se chargeait de coordonner les différents aspects du problème.

 

Quelques points importants du projet

AccèsLe premier point d'importance, en tout cas pour les touristes, concerne la suppression du parking. Il sera en efet ramené au sud du barrage de la Caserne (en cours de reconstruction), et une navette spéciale amènera les visiteurs par une route-passerelle au Mont. Dans le futur, une gare SNCF sera construite sur le continent, près du Mont, avec des trains directs depuis Paris.

Une partie de la digue-route disparaîtra en même temps que le parking, plus exactement son dernier kilomètre. Elle sera remplacée par un pont-passerelle qui franchira les deux bras du Couesnon et les grèves, une avancée au dessus des flots qui viendra se poser sur un futur terre-plein.

C'est somme toute le point facile du projet, par contre, pour rétablir les courants, dans leur force et leur efficacité, les travaux à entreprendre ne sont pas simple. En effet, il faut que le Couesnon soit chenalisé de part et d'autre du Mont-Saint-Michel, 2/3 à l'Ouest en Bretagne et 1/3 à l'Est en Normandie, le barrage servant de barrage de chasse de 700 000 m³. Des échelles à poissons sont prévues, pour les anguilles (catadromes) comme les saumons (anadromes).

Le projet terminéL'écosystème sera préservé : pour conserver les 40 crapauds mâles, on a déjà enlisé une excavatrice dans la vase. Cette excavatrice devait faire les mares nécessaires avant de pouvoir dégager et curer le Couesnon.

L'entrée d'eau de mer se fera par l'eau de surface (beaucoup moins turbide) et la chasse sera brutale pour bien évacuer, selon des chenaux régulés, toute la vase et donner un "bel aspect" au Mont-Saint-Michel, débarrassé de son encombrant parking, mais entouré de douves “naturelles”.

Tous ces efforts pour protéger le Mont Saint Michel ont bien entendu un coût, et il a augmenté au fil du temps. Des 72 millions d'euros prévus en 1999, on est passé à 94 millions, puis 134, puis, crise du pétrole aidant, 220 millions d'euros en 2004... Espérons que ces coûts prohibitifs ne viendront pas freiner les travaux entrepris.

Pour présenter au public l'opération de rétablissement du caractère maritime du Mont-Saint-Michel et son état d'avancement, le Syndicat Mixte a mis en place un pavillon d'information, en visite libre et gratuite pour les individuels. De couleur rouge, le pavillon d'information est situé au lieu-dit "la Caserne", juste avant la digue-route menant au Mont-Saint-Michel.